Avertissement |  Contact |  English 

   ACCUEIL
Ottawa |  Toronto |  USA |  France |  Afrique | 
 
   Abou `Ali al-Farmadhi at-Toussi

"Ô Enfant! disait Louqman le Sage,
Ne laisse pas le coq être plus vigilent que toi
Appelant Allah à l'aube alors que tu dors
Il est juste celui qui dit:
« La tourterelle a pleuré sur sa branche pendant la nuit
Et j'ai dormi sur ce qui est étendu, Faux Amour que le mien ?
Si j'étais un vrai amoureux, jamais des tourterelles ne m'auraient surpassé.
Je suis un amoureux de son Seigneur aux yeux secs, alors que les animaux pleurent! »

Ghazali, Ayyouha-l-walad.

Il est appelé Connaisseur du Compatissant et le Gardien de l'Amour Divin. Il était savant de l'école de jurisprudence Shafi'i et un unique 'arif (doté de connaissance spirituelle). Il a été profondément impliqué dans les deux écoles des Salaf (savants des premiers et deuxièmes siècles) et celle du Khalaf (savants ultérieurs), mais il fit sa marque dans la Science du Tassawwouf. À partir de ce savoir. il a extrait une partie de la connaissance céleste mentionnée dans Coran lors de la référence à Al-Khidr : « et Nous lui avons enseigné de Notre Connaissance Céleste » [18:65].

Des étincelles de lumière du jihad an-nafs (combat contre le moi) ont été ouvertes à son coeur. Il de son temps était reconnu partout, jusqu'à ce qu'il soit devienne un Cheikh très réputé de loi divine et de la théologie islamique. Le Cheikh le plus célèbre de son temps, as-Simnani, a indiqué à son sujet, « Il était la voix du Khurasan et son Cheikh. Il était le maître de l'élévation et de l'ascension de la station de ses disciples. Ses associations étaient comme des jardins pleins de fleurs, dans lesquelles la connaissance découlait de son coeur et où les coeurs de ses auditeurs étaient plongés dans un état de joie et de bonheur. » Parmi ses professeurs il y'avaient Al-Qoushayri, le maître Soufi célébré, et l-Ghazali Al-Kabir qui a dit à son sujet, « Il étaient le Cheikh de son temps et il avait une façon unique de remémorer les gens. Personne ne l'a surpassé dans son éloquence, sa délicatesse, son éthique, ses bonnes façons, sa moralité, ni dans ses manières d'approcher les gens. » Le fils du defunt, Abou Hamid Al-Ghazali, surnommé Houjjat oul-Islam la preuve de l'Islam, s'est énormément inspiré de Farmadi dans son Ihya 'Ouloum ad-Din.

Une fois il a dit, « je suis entré après mon professeur, Al-Qoushayri, au bain public, et du puits j'ai puisé pour lui un seau de l'eau que j'avais rempli moi-même. Lorsque mon professeur arriva il a demanda, « Qui a apporté l'eau dans le seau ? » Je gardait le silence, car je sentait que j'avais commis une irrévérence. Il demanda une deuxième fois, « qui a apporté l'eau ? » Je continuait à garder la silence. Il demanda une troisième fois, « qui a rempli ce seau avec de l'eau ? » Je repondi finalement, « je l'ai fait mon professeur. » Il dit alors, « Ô mon fils, ce que j'ai reçu en soixante-dix ans, je te l'ai transmis avec un seau de l'eau. » Cela signifie que la connaissance Céleste et Divine qu'il avait acquit après une lutte qui dura soixante-dix ans fut transmise à mon coeur par un regard. » 

Sur le comportement vers son maître il a dit :

« Si vous êtes véritable dans votre amour de votre Cheikh, vous devez garder le respect avec lui. »

Sur la vision spirituelle il a dit :

« Pour le 'arif (le Connaisseur) un moment viendra où la lumière de la connaissance l'atteindra et ses yeux verront l'Invisible incroyable. »

« Celui qui prétend entendre, pourtant ne peut entendre la glorification des oiseaux, des arbres et du vent, est un menteur. »

« Le coeur des personnes de la vérité sont ouverts, et leur audition est ouverte. »

« Allah donne la satisfaction à Ses serviteurs lorsqu'ils voient Ses Saints. » C'est parce que le Prophète a dit, « celui qui voit le visage d'un Connaisseur de Dieu, me voit, » et aussi, « celui qui me voit, a vu la réalité. » Les maîtres de Soufi ont appelé la pratique de la focalisation sur le visage du Cheikh (tassawwour), et il est pratiqué à la fin de l'accomplissement vers cet état.

« Celui qui s'occupe des actions des autres s'égarera. »

« Celui qui préfère la compagnie des riches à la compagnie des pauvres, Allah lui enverra la mort du coeur. »

Imam Ghazali a rapporté, « j'ai entendu qu'Aboul Hassan Al-Farmadhi a dit: 'les quatre-vingt-dix-neuf attributs d'Allah deviendront les attributs et la description du chercheur sur la voie d'Allah.  » « 

Il mourrut en 447 H. et fut enterré dans le village Farmadh, une banlieue de la ville de Tous. Il a transmit les secrets de la chaîne d'or à Abou Ya`qoub Youssouf ibn Ayyoub ibn Youssouf ibn al-Housseyn al-Hamadani .



Le Chaine d'or


Ch Hisham Kabbani

Version Imprimable

  L'Ordre Naqshbandi
Particularité
Origines & Ecole
Appelation
Fondation Haqqani
Le Soufisme

 Les Maitres
Les 40 Maîtres
Premier héritier
L'Imam de la voie
Cheikh Nazim Adil
Cheikh Hisham Kabbani
Ouweyssi
 Enseignements
Principes
Pratiques
Initiation
Paroles de Sagesse
Audio-Vidéo
Intercession
Usage des photos
Centres - Zawiya
 Pratiques
Prières
Dhikr & Awrades
Pratiques mensuelles
Ramadan
Mawlid
   Perles de sagesse avec Cheikh Nazim 
Ce qu'il vous reste
Soyez ceux qui établissent l’adoration Seigneuriale
Ceux qui suivent les Commandements et Ceux qui sont marqués par Shaytan
Offrez le Salut d’Allah avec sincérité pour obtenir Sa Satisfaction
Toutes les Sohba...
Chercher avec Google
  La chaine d'or des Maitres
Les 40 Maîtres
Premier héritier
L'Imam de la voie
L'intercession
Photo des Cheikhs
Ouweyssi
Genealogie des Cheikhs
Qualifications du Cheikh
   Les Cheikhs de la Naqshbandi
Cheikh Abdoullah ad-Dahlawi
Shamsouddin Habib Allah
Cheikh Mouhammad az-Zahid
As-Sayyid Nour Mouhammad al-Badawani
Mouhammad Sayfouddin al-Farouqi al-Moujaddidi
Mouhammad al-Massoum
La transmission Ouwéyssi de la connaissance spirituelle
L'attachement au Cheikh, La Rabita
Qualifications d'un Maître Soufi
Cheikh `Abdoullah al-Fa'iz ad-Daghestani
Darwish Mouhammad as-Samarqandi
Khwaja Mahmoud al-Anjir al-Faghnawi
Ali ar-Ramitani
Cheikh Mouhammad Baba as-Samassi
Cheikh as-Sayyid Amir Koulal ibn as-Sayyid Hamza
Mouhammad Baha'ouddin Shah Naqshband
Ala'ouddin al-Boukhari al-Attar
Cheikh Yaqoub al-Charkhi
Oubaydullah Al-Ahrar
Mouhammad Khawaja al-Amkanaki
Mouhammad al-Baqi Bi-L-Lah
Mouhammad Baha'uddin Shah Naqshband
Ahmad al-Farouqi as-Sirhindi
Cheikh Mouhammad Nazim al Haqqani
Cheikh Mouhammad Nazim al Haqqani
The Messenger of God,Prophet Muhammad ibn Abdullah
Abou Bakr as-Siddiq
Salman al-Farisi
Qassim ibn Mouhammad ibn Abou Bakr
Imam Ja`far as-Sadiq
Tayfour Abou Yazid al-Bistami
Aboul Hassan `Ali ibn Ja`far al-Kharqani
Abou `Ali al-Farmadhi at-Toussi
Abou Ya`qoub Youssouf al-Hamadani
Aboul `Abbas, al-Khidr
Abdoul Khaliq al-Ghoujdawani
Arif ar-Riwakri
Les 11 principes de la voie

Suivez le Centre Soufi
Centre Soufi sur Facebook Centre Soufi sur YouTube
S'inscrire à la liste du Centre Soufi
E Shaykh | L'espace pour vos questions et requettes
   Nouveautés
Toute chose devrait etre un Mawlid en l'honneur du Prophète
Shamsouddin Habib Allah
Cheikh Mouhammad az-Zahid
Toutes les nouveauts...
   Article aléatoire
How a donkey reads
How a donkey reads (During a conversation with Tamerlane, Hodja started bragging about his donkey.)
Nasreddin Hodja :: 02 mars 2002

 RADIO de MUSIQUE SOUFIE

1

    Medi1

3

    RadioRarvish

4

    Alif Music
   Citations  et anecdotes
:: Price of a hit on the neck ::

Nasreddin Hodja had visited a town for some personal business. Hodja was walking quietly along the road when somebody gave him a violent blow on the back of the neck. He looked behind him, and saw a young man whom he had never seen before.
- How dare you hit me like that! shouted Hodja.
- Sorry, in appearance from behind, you resemble someone I hate.said the young man.
He thought Hodja was making a lot of noise about nothing.
- I dont't think so! replied Hodja with pain on his neck
This insult made Hodja even angrier, of course, and he at once arranged for the young man to be brought before a judge. There was nothing for the young man to do but to appear before the court. Now, the judge who heard the case was a friend of the young man's father, and, although he pretended to be quite fair, he was thinking how he could avoid punishing the young man while at the same time not appearing unjust. Finally the judge said to Hodja:
- I understand your feelings in this matter very well. Would you be satisfied if I let you hit the young man as he hit you?
But Hodja said he would not be. The young man had insulted him and should be properly punished.
- Well, then, said the judge to the young man, I order you to pay ten liras to Hodja.
Ten liras was very little for such a crime, but the young man did not have it with him, so the judge allowed him to go and get it.
Hodja waited for him to return with the money. He waited an hour, he waited two hours, while the judge attended to other business.
When it was nearly time for the court to close, Hodja chose a moment when the judge was especially busy, came up quietly behind him and hit him hard on the back of the neck. Then Hodja said to him:
- I am sorry, but I can't wait any longer, I got lots of business to do. Since the price of a hit on the neck is ten liras you may receive that money instead of me. When the young man comes back, tell him that I have passed my right to the ten liras on to you. You look like familiar with this kind of compensation, don't you?
:: Nasreddin Hodja ::
 Pratiques
Prières
Dhikr & Awrades
Pratiques mensuelles
Ramadan
Meditation
Vigile - Qiyam
Mawlid
Dou'a - Invocations
 Principes
L'intention
La Bay'at avec le Guide
Le Service
La Séclusion
La conduite du Mouride
La conscience et l'éveil
 
   Notre mission
Notre Mission consiste transmettre les enseignements du Soufisme sur la fraternité de l'Humanité et l'unité de la croyance en Dieu présente dans toutes les religions et voies spirituelles...
 
 
Accueil   |   Islam   |   Centre Soufi   |   Plan du Site   |    Contact 

Site Officiel | ISCA | Fondation Haqqani | Sufilive
Ordre Soufi Naqshbandi
138 Av Fairmount Ouest Montreal - Canada - Tel.: (514) 270-9437